ANGIOGRAPHIE

Angiographie rétinienne : les techniques d’avenir en ophtalmologie

L’angiographie rétinienne est un examen permettant d’observer en détail l’état des vaisseaux sanguins de la rétine. Cette membrane tapissant le fond de l’œil peut ainsi être cartographiée, grâce à ce procédé couramment utilisée en ophtalmologie.

Ses clichés permettent peuvent révéler des troubles de la vascularisation plus difficiles à observer sur des radiographies & rétinographies standards.

Le but de l’angiographie rétinienne est d’aider les professionnels en ophtalmologie, lors du diagnostic et l’analyse de certaines anomalies du fond d’œil.

L’angiographie pour mieux cerner les pathologies oculaires

L’angiographie rétinienne est utilisée pour étudier la circulation sanguine de la rétine, ainsi que de la partie du nerf optique visible au fond de l’œil. Cette technique d’imagerie médicale permet de faciliter le diagnostic, le traitement et le suivi de nombreuses affections ophtalmiques : DMLA, rétinopathie liée au diabète, sténose, etc.

Cette méthode nécessite l’utilisation d’un produit colorant, qui permet au praticien d’examiner le fond d’œil et de prendre différents clichés. Ce moyen fiable et rapide de cerner les anomalies des vaisseaux et de la rétine, est notamment mis à profit pour repérer des signes d’uvéites postérieures.

Étudier la structure de la rétine grâce à l’angiographie

Cet examen oculaire ne nécessite pas d’hospitalisation. Le patient devra simplement utiliser un collyre avant l’angiographie : la dilatation des pupilles permettra au médecin d’examiner précisément le fond d’œil.

Un produit colorant est également injecté au patient en début de séance, de façon indolore. Il peut s’agir de fluorescéine ou de vert d’indocyanine : ces deux types d’angiographies rétiniennes distinctes révéleront des données différentes. Ensuite, l’ophtalmologiste effectue une série d’acquisitions, idéalement à l’aide d’un appareil SLO confocal qui remplace l’ancienne technique boitier photo + flash. Le praticien pourra ainsi interpréter les résultats sans délais, grâce aux images obtenues.

L’angiographie rétinienne est une méthode utilisée pour explorer l’intérieur des vaisseaux, et y déceler d’éventuelles lésions : sténose, anévrisme ou encore occlusion d’un vaisseau oculaire. Cet examen est aujourd’hui essentiel pour repérer très vite de nombreuses anomalies oculaires, établir le diagnostic et décider d’un traitement, surtout s’il nécessite une photo-coagulation au laser.

Clichés issus d’examens par angiographie

Fluorescéine et ICG : les types d’angiographie courants

L’angiographie à la fluorescéine permet de mettre en évidence les néovaisseaux superficiels. Quant à l’angiographie ICG (en infra-rouge), elle sera utilisée pour voir les néovaisseaux plus profonds dont on ne distingue pas les limites précises.


  • L’angiographie à la fluorescéine

    L’angiographie fluo permet d’analyser la qualité des vaisseaux sanguins localisés au fond de l’œil, et en particulier ceux présents au niveau de la rétine. Elle a cependant ses limites et demande parfois un examen complémentaire qui va s’intéresser à des vaisseaux anormaux plus profonds, sous le pigment de la rétine. Il est donc nécessaire d’utiliser un autre type de colorant : le vert d’indocyanine.


  • L’angiographie ICG

    L’angiographie en lumière infrarouge (ICG), est apparue au début des années 90, ce type d’angiographie rétinienne permet une étude approfondie des couches profondes de la rétine & de la choroïde et amplifie la caractérisation des néo-vaisseaux occultes (NVO). L’angiographie ICG vient en complément et renforce l’examen de l’angiographie à la fluorescéine notamment pour confirmer un diagnostic de DMLA, ainsi que pour orienter les traitements : l’ophtalmologiste pourra différencier les formes d’affections nécessitant des injections simples, et celles impliquant l’utilisation de photothérapie ou autres techniques de soin. L’angiographie oculaire est aussi indispensable au cours du suivi, pour adapter le traitement à l’évolution de la maladie et aux réactions du patient.

L’OCT-angio : une technique d’imagerie non invasive

L’OCT-Angio ou OCTA est une angiographie couplée à la Tomographie par Cohérence Optique. Cette technique d’imagerie innovante a pour objectif de scanner la rétine, puis d’examiner ses vaisseaux en fournissant des images 3D de l’anatomie coronarienne. L’OCT-A est ainsi très utile pour mettre en évidence des anomalies capillaires, notamment lors de rétinopathie diabétique.

L’OCT Angiographie technique, rapide et non invasive, apporte de précieuses informations supplémentaires. Contrairement aux techniques conventionnelles évoquées précédemment, l’OCT-A offre l’avantage de pouvoir examiner séparément les plexus vasculaires (superficiels et profonds). Le procédé de réalisation est identique à celui de l’OCT et, contrairement à l’angiographie classique, l’OCT-A ne nécessite aucun produit de contraste.

Angiographie : avantages d’un examen devenu incontournable


  • L’angiographie de l’œil est employée pour poser un diagnostic et orienter un traitement. Cet examen est réalisé en externe, nécessitant simplement de dilater les pupilles du patient. Il est rapide (une dizaine de minutes en moyenne) et bien toléré dans la grande majorité des cas.

  • Concernant l’angiographie-OCT, les images obtenues sont très pointues et permettent de mettre en évidence des lésions vasculaires ou des néovaisseaux : de nombreuses pathologies peuvent ainsi être relevées à un stade précoce. Ce type d’angiographie statique (sans injection) permet en outre de répéter et de comparer les examens de manière plus simple et fiable, en limitant tout risque d’effets secondaires.

Il faut néanmoins noter que l’imagerie OCTA est encore au stade de validation et qu’aucun traitement ne peut être basé sur cette imagerie car les études cliniques les validant ont été réalisées avec l’angiographie et l’OCT traditionnels. Il faut en particulier rester très prudent en raison de l’existence de nombreux artefacts.

Angiographes Heidelberg Engineering

SPECTRALIS HRA

La référence inégalée de l’angiographie cSLO. Il permet la réalisation des angiographies à la fluorescéine et au vert d’indocyanine avec un champ allant de 15° à 57° en standard et jusqu’à 102° avec le module « Ultra Wide Field ». Il est upgradable vers l’HRA+OCT.

SPECTRALIS HRA+OCT (40Khz)

Le Spectralis HRA+OCT – la référence depuis son apparition il y a 10 ans – propose la combinaison des angiographies cSLO Fluo et ICG avec l’OCT Spectral (40 kHz). Il est entièrement évolutif vers la génération OCT2 85 kHz avec OCTA.

SPECTRALIS HRA+OCT 2 (85Khz)

Le modèle haut de gamme Spectralis – présent dans tous les centres d’excellence dans le monde. Toujours unique par la combinaison en un seul appareil compact des angiographies Fluo, ICG, OCTA sans injection, de l’OCT spectral ultra-rapide 85 kHz et de la possibilité du MultiColor™.

Angiographie rétinienne : les points clés à retenir

La technique de l’OCT-Angiographie présente des avantages considérables sur l’imagerie traditionnelle, avec notamment une segmentation des couches vasculaires très précise. Ainsi, de nombreuses pathologies menaçant la vision centrale s’accompagnent d’un développement de vaisseaux anormaux, d’un œdème ou encore d’une insuffisance circulatoire : l’acquisition rapide d’images fiables permet un diagnostic complet et précis. Cette angiographie hybride haute résolution permet de corréler les images obtenues en OCT-angio avec celles de l’angiographie traditionnelle (fluo ou ICG).

Les avancées dans le domaine de l’angiographie de l’œil visent à optimiser la qualité du diagnostic des maladies rétiniennes, en combinant toutes les techniques existantes. C’est dans ce but que nous promouvons l’ophtalmoscope à balayage laser confocal (cSLO), une technologie dédiée à l’imagerie de la rétine et de l’ensemble des structures oculaires. L’imagerie cSLO permet notamment d’examiner des sujets atteints de cataracte, ou d’autres pathologies rendant l’examen du fond d’œil difficile, grâce à l’atténuation de la dispersion lumineuse.

Modules associés :

*Mentions Légales : Spectralis, DM de classe lla, destiné aux médecins ophtalmologistes uniquement. Habilitation CE0123-distribué par la société SANOTEK. Selon l’article L165-1 du code de la sécurité sociale, l’acte lié à ce dispositif médical est soumis au remboursement par la sécurité sociale. Avant toute utilisation, lire attentivement la notice.

Menu