Réfraction

Filtrer par tarif

La réfraction oculaire

L’examen de réfraction oculaire est le plus courant. Il permet de mesurer l’indice de réfraction optique en vue d’une création d’une prescription de lunettes ou de lentilles, voire d’une chirurgie réfractive de l’œil.

La réfraction en ophtalmologie est définie comme la modification de la direction d’un rayon lumineux entrant en contact avec la cornée et le cristallin. Les tests de réfraction ophtalmo servent à évaluer le rapport entre le pouvoir réfringent de l’œil et sa longueur axiale, soit la distance entre le sommet de la face antérieure de la cornée et la fovéola du pôle postérieur.

De cette analyse, le spécialiste peut déduire si l’œil du patient est :

  • Emmétrope (ou “normal”) : l’indice de réfraction optique est optimal à une distance de 5 mètres. Cela correspond à une vision de 20/20.
  • Amétrope : l’indice de réfraction n’est pas optimal, la vision du patient est donc floue et peut souffrir d’aberrations sphériques ou toriques. La vision est donc en deçà de 20/20. Selon la réfraction ophtalmologique constatée, le patient peut être diagnostiqué comme hypermétrope, myope, ou astigmate.

L’examen ophtalmique précis de la réfraction oculaire est une étape essentielle pour toute chirurgie réfractive. Afin de déterminer avec précision la réfraction oculaire et ses potentielles anomalies, nous proposons de nombreux outils d’examens et de mesures à l’attention des professionnels :

  • Lampe à fente (ou biomicroscope) : un microscope binoculaire réglable dans son grossissement comme dans les dimensions et l’orientation de la fente lumineuse. cet instrument est utilisé pour la biomicroscopie des structures de l’œil en avant du cristallin ainsi que de la rétine.
  • Tonomètre : Cet instrument mesure la pression intra-oculaire. Trois systèmes d’examens coexistent : à air pulsé, à applanation de Goldmann et Perkins, ainsi qu’à rebond (ou “Icare”).
  • Pachymètre : cet instrument est régulièrement utilisé en complément d’une étude tonométrique. Certains modèles que nous vous proposons permettent d’ailleurs d’effectuer ces deux types d’examens. Un pachymètre mesure l’épaisseur de la cornée, paramètre qui influe sur la pression intra-oculaire. Les pachymètres sont disponibles en version portative, ou en attachement sur un système de diagnostic informatisé.
  • Périmètre ophtalmique (champ visuel) : Cet instrument de mesure met en évidence les signes précoces du glaucome. Le diagnostic du périmètre statique intervient dans la décision d’entreprendre un traitement dès les signes avant-coureurs de cette maladie dégénérative du nerf optique.
  • Kératomètre (ou ophtalmomètre) : instrument permettant la mesure de la courbure de la cornée. Cet appareil est utilisé dans le diagnostic d’astigmatisme cornéen. Le kératomètre est utile pour déterminer la modification de la cornée provoquée par le port de lentilles de contact par exemple.
  • Réfractomètre automatique : Un appareil de mesure de l’indice de réfraction optique offrant une grande batterie de tests possibles. Ces appareils peuvent être entièrement portables, ou reliés à un système informatique dédié. Nous vous proposons également des appareils rassemblant réfractomètre et kératomètre pour une amplitude de test optimisée.

Les instruments de mesure que nous avons sélectionnés pour vous répondent des plus grands critères de qualité, pour une utilisation en cabinet ophtalmologique comme en milieu hospitalier.

Le saviez vous - Réfraction oculaire

Les tests de vision ne sont pas récents. En effet, dès le 13ème siècle, les savants du monde arabe décrivaient une bonne acuité visuelle comme la possibilité d’observer dans la voûte céleste les étoiles Mizar et Alcor, se trouvant dans la constellation de la Grande Ourse. Ces tests de la réfraction oculaire rudimentaire seront pratiqués sous différentes variantes de par le monde pendant des siècles. Il faudra attendre le 17ème siècle pour que le mathématicien allemand Johannes Kepler s’intéresse aux propriétés de la rétine, travaux qui conduiront son compatriote Hermann Von Helmholtz à créer le premier ophtalmoscope près de 150 ans plus tard. L’avènement de la photographie au 20ème, puis plus récemment de l’imagerie numérique, permettent désormais d’obtenir des tests de l’indice de réfraction optique d’une très grande précision. Source : An ancient eye test–using the stars de George M Bohigian, Hermann von Helmholtz and the Foundations of Nineteenth-Century Science de David Cahan

SOUS RUBRIQUES Réfraction

Catalogue Retail